La Cérémonie du Thé

LA CÉRÉMONIE DU THÉ CHA-NO-YU:
chanoyu1.jpg

La cérémonie du thé est un ensemble de gestes hautement codifiés. Elle se déroule dans un pavillon à thé (chashitsu), situé à l’écart dans le jardin. “Un chemin de rosée” (roji) mène à l’entrée du pavillon. L’entrée se fait par une porte basse (nigiriguchi), qui mesure seulement 72 cm de hauteur. Celle-ci oblige les participants à se pencher pour entrer, ce qui rappelle l’attitude d’humilité qui convient au wabi-cha. Avant de pénétrer dans le pavillon, l’hôte salue silencieusement ses invités et les convie à se rincer la bouche et à ses laver les mains à l’aide d’une louche en bambou posée sur une pierre creusée contenant de l’eau (tsukubaï).Ce geste est un rituel de purification. Dans le pavillon, il règne une atmosphère de sérénité.
Avant l’arrivée des invitées, l’hôte a soigneusement préparé la salle. Un rouleau de parchemin (kakemono) est accroché dans une alcôve (tokonoma). C’est une façon pour l’hôte d’exprimer le thème de la réunion de thé. Le kakemono, choisi aussi pour ses qualités artistiques et ses couleurs, peut être une calligraphie d’un maître zen, une peinture ou un poème.
Dans la voie du thé, les sens ont une grande importance. Dans le tokonoma, un bouquet (chabana) est arrangé dans une céramique. Le kakemono et les fleurs doivent être en accord avec la saison.
Entrés dans le pavillon, les invités s’installent. L’hôte sert un repas léger (kaiseki) que les convives mangent avec des baguettes de bambou fraîchement coupées afin de favoriser le développement des saveurs. À la fin du repas, l’hôte propose des pâtisseries ou des confiseries. Les mets sucrés servent à atténuer l’amertume du thé. La cérémonie peut commencer.
Les ustensiles propres à la cérémonie du thé sont apportés par le maître de maison qui les manipules avec délicatesse. Un silence religieux règne, troublé par le seul bruit des objets déplacés. Tandis que l’eau chauffe dans la bouilloire en fonte (kama), l’hôte fait brûler des graines d’encens pour parfumer la pièce.
Les ustensiles, boîte à thé (natsume) et cuillère en bambou (chashaku) sont symboliquement nettoyés avec un linge de soie. À l’aide d’une louche en bambou (hishaku), l’hôte verse l’eau de la bouilloire dans le bol (chawan) et y rince le fouet en bambou (chasen). Il vide l’eau dans le pot usé (kensui). Avec la cuillère en bambou, il dépose le matcha( thé vert en poudre) dans le bol, puis verse l’eau de la bouilloire, en utilisant la louche, et bat la liqueur énergiquement avec le fouet en bambou jusqu’à obtenir la “mousse de thé”.
Puis, l’hôte salue son invité d’honneur et lui présente le bol de thé. Avant de boire, il le tourne trois fois avec la main droite dans la main gauche. Son regard embrasse la totalité de l’objet. L’invité d’honneur boit trois gorgées de thé. Ensuite les autres invités boivent à tour de rôle dans le même bol en procédant de la même façon. Le bol revient à l’invité d’honneur pour que celui-ci en examine attentivement la forme et le dessin. Le bol est ici l’objet privilégié. Après l’avoir observé, l’invité le restitue au maître de la cérémonie qui lave et range consciencieusement chaque ustensile.
L’essence de la cérémonie du thé est d’arriver à instaurer parmi les invités une atmosphère de sérénité et d’harmonie. L’hôte accompagne ses amis à la porte, enlève les fleurs du vase et veille à la propreté du lieu.

La cérémonie du thé est terminée la voie du thé ne fait que commencer.



Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire